Menu Secondaire

Même rubrique

SENEGAL - La francophonie peut compter sur Gracias Kedote suite au FMLF 2015 - Liège

SERBIE - La francophonie peut compter sur Zeljka Jankovic suite au FMLF 2015 - Liège

QUEBEC / Francophonie - Le débat sur les archives psychiatriques dans les pays de la francophonie Par Maria Neagu et Alexandre Klein

CANADA - « L’engouement pour le français est réel au Canada » Entretien avec Lysiane Baudu

SENEGAL - XVe Sommet de la Francophonie Carnet d’impressions

TUNISIE - Les Journées Cinématographiques de Carthage Face à la mondialisation, entre mise à niveau et mise au pas

BELGIQUE - Le simulacre de consultation de la société civile Francophones de Flandre

FRANCE / RUSSIE - Les cabarets de Paris Le monde des paillettes et des aiguilles

TUNISIE - la société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Ile Maurice - Le français : une langue défendue ? Par Ramanujam Sooriamoorthy

suite des articles

TOGO - Théo Ananissoh : Le soleil sans se brûler Par LaRéus Gangoueus, critique littéraire

QUÉBEC - Pour l’Histoire, contre l’Hypocrisie et l’Injustice... La vivacité de la BD québécoise

ALLEMAGNE / France - Wilfried N’Sondé et sa Berlinoise... Par Marie-Anne Sburlino, critique littéraire.

QUéBEC / Japon - Aki Shimazaki, funambule des mots Par Dominique Blondeau, écrivaine et critique littéraire.

UKRAINE / Monde - Et si nous parlions d’amour et de voyage ? Entretien avec Cédric Gras, directeur de l’Alliance Française de Donestk.

ROUMANIE - Une Genèse souriante ! Les Versets d’Ève - Éva Dam / édition Junimea

AFRIQUE - Les dessous d’un tabou Homosexualités en Afrique - Africultures / L’Harmattan

FRANCE - FIBD à Angoulême La bande dessinée vous accueille chez elle !

LITTéRATURE : Les Rétifs de Gerty Dambury Esquisse d’une poétique du corps-mémoire

CAMUS, à lire comme pour écouter... ... le pouls du monde

suite des articles

Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« CAMUS, à lire comme pour écouter... »

... le pouls du monde

le 23 mai 2013, par Mimo Camussi

JPEG - 19.4 ko
Albert Camus - 1957
Ph : Robert Edwards - Wikimedia Commons

En 2013, Albert Camus est partout. Quelques deux générations après sa disparition, un 4 janvier 1960, l’homme et le penseur passionnent, jeunes et moins jeunes : on lit Camus comme on écoute du rock ; on le lit comme pour écouter le pouls du monde. Ses concepts, ses visions, ses approches semblent traverser le temps sans perdre de leur timbre.

Mais qui est donc Albert Camus ? Né à l’est de l’Algérie un 7 novembre 1913, de parents pauvres, rien ne semblait le destiner à jouer ce rôle majeur dans la constellation de philosophes de son époque. Beaucoup, d’ailleurs, ne voulaient pas le considérer comme tel, à l’instar de Sartre. « Provincial  », disait-il de lui. Mais Camus faisait son chemin, construisait son royaume, en dépit de la maladie qui a failli l’emporter très jeune.

«  L’Absurde », premier constat consécutif à son émersion de ses lectures de Nietzsche et de Dostoïevski. Un roman, «  L’Étranger », est venu s’abattre sur l’humanité comme un astéroïde viendrait perturber un écosystème. « L’absurde, c’est la raison lucide qui admet ses limites. » Autrement dit, le monde est absurde, on ne peut pas se l’expliquer ; on est dépassé. Ce n’est pas de l’existentialisme, aimait-il à préciser.

L’Absurde, c’est admettre qu’il y ait des choses qui dépassent notre entendement. D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Nous ne le savons pas. Personne ne peut prétendre le savoir. Mais ce n’est pas une raison pour déprimer, oublier de vivre, comme le faisait les existentialistes, à leur tête Jean-Paul Sartre.

D’ailleurs, un récent article du New York Times, paru le 10.05.2013, au sujet des « Chroniques Algériennes » traduites, le dit de cette façon : « Albert Camus est un des rares écrivains qui savait apprécier la célébrité comme une star du rock. » Brièvement, l’Absurde c’est se rendre compte de sa propre insignifiance dans cette existence, la comprendre et se remettre aussitôt à vivre avec encore plus de mordant. Comme le disait Malraux : « la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie. »

A l’Absurde est venu s’ajouter la Révolte, seconde dynamique dans la pensée camusienne. Se révolter contre sa propre condition, tel un Sisyphe qui finirait par faire volte-face à son sort, scellé par les dieux de l’Olympe. Mais Camus conclut : « il faut imaginer un Sisyphe heureux. » Ainsi, vivre l’Absurde et être heureux ; vivre la vie, chercher le Bonheur en permanence, sans se soucier des choses qui nous transcendent. C’est ici que l’homme semble faire l’unanimité autour de lui. Constater ses limites, certes, mais avancer. Voici le message subliminal dans la philosophie de l’Absurde de l’auteur de la Chute.

Après l’Absurde et la Révolte, Camus aurait aimé consacrer le reste du temps qui lui restait à vivre un troisième cycle programmé : l’Amour. Sauf que le destin, suprême absurdité, l’a voulu autrement : le prix Nobel de Littérature 1957 disparait dans un tragique accident de la route, assis à côté de son ami Michel Gallimard dans une Facel-Véga.

Aujourd’hui, à l’approche du centenaire de sa naissance, Albert Camus est plus que jamais d’actualité. On débat, on polémique. On encense, tel Michel Onfray et son « l’ordre libertaire », consacré à la vie philosophique de Camus.

Ne l’oublions jamais : oui, tout est absurde, mais la vie vaut la peine d’être vécue. Le bonheur, c’est continuer à aimer ce qu’on possède déjà.

Voir en ligne : Mimo Camussi et Albert Camus... à lire sur Facebook

 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs