Menu Secondaire

Même rubrique

SENEGAL - La francophonie peut compter sur Gracias Kedote suite au FMLF 2015 - Liège

SERBIE - La francophonie peut compter sur Zeljka Jankovic suite au FMLF 2015 - Liège

QUEBEC / Francophonie - Le débat sur les archives psychiatriques dans les pays de la francophonie Par Maria Neagu et Alexandre Klein

CANADA - « L’engouement pour le français est réel au Canada » Entretien avec Lysiane Baudu

SENEGAL - XVe Sommet de la Francophonie Carnet d’impressions

TUNISIE - Les Journées Cinématographiques de Carthage Face à la mondialisation, entre mise à niveau et mise au pas

BELGIQUE - Le simulacre de consultation de la société civile Francophones de Flandre

FRANCE / RUSSIE - Les cabarets de Paris Le monde des paillettes et des aiguilles

TUNISIE - la société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Ile Maurice - Le français : une langue défendue ? Par Ramanujam Sooriamoorthy

suite des articles

MAROC - La discothèque d’Abdellah Taïa Comprendre l’écrivain en écoutant sa musique...

FRANCE - Le numérique au centre de la scène pour mieux le cerner !

FRANCOPHONIE / SENEGAL - Sommet de Dakar, retour ! Un carnet d’impressions zigzaguesque, par Marie-Anne O’Reilly.

FRANCOPHONIE - Le concours « Tous à vélo ! » Entretien avec Annie-Claude Sebban, vice-présidente de Vélophonie.

MOLDAVIE - Ecaterina Baranov, le piano comme fil conducteur... Talent et utopie en harmonie !

CONGO - Invasion de pianos ! Une histoire jouée par l’IFC Pointe Noire

FRANCOPHONIE - Dix mots et une caravane ! des ateliers artistiques et un film documentaire pour une francophonie des peuples en actes...

FRANCOPHONIE / FRANCE - La Politique en temps de crise Carte blanche à Michèle André

COLOMBIE - Bogota et Paris, deux villes pour un coeur ! Andrea Acosta se raconte, en toute liberté.

FRANCOPHONIE - « Les joueurs de mots » est né ! De la musique et des mots pour francophoniser le monde...

suite des articles

Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« FRANCOPHONIE - Impressions d’une première fois ! »

Libres paroles de Zigzagueurs ! 1/5

le 10 mars 2013

Les impressions de Ramanujam Sooriamoorthy (Ile Maurice), Valeria Arguello Castro ( Equateur), Magda Negrea ( Roumanie), Roger Schneble (Suisse allemande), Evan Delaney (États-Unis).


JPEG - 168.9 ko
Ramanujam Sooriamoorthy
Ph : Aimablement prêtée par Ramanujam Sooriamoorthy

C’est déjà le crépuscule et bientôt je vais devoir prendre le train pour Bordeaux. Je viens de passer toute une journée à Paris. Au fond, je ne suis pas mécontent que mon premier contact avec la France ait été Paris, vu que pour moi, malgré le ton de familiarité sur lequel, pour avoir passé d’interminables heures à lire des ouvrages consacrés au pays qui n’avait depuis si longtemps cessé de hanter mes rêves,je parlais de n’importe quelle grande ville de France, à croire que j’y avais longuement séjourné, la France, c’était Paris, et Paris la France.

Cette première journée ne fut cependant pas à la hauteur de mes espérances et il était normal qu’il en fût ainsi. M’étant sur la scène de mon théâtre intérieur construit un Paris bien plus imaginaire que réel, où je débarquais conquérant et triomphal, et dont j’arpentais les rues avec une royale désinvolture, jouissant superlativement de chaque instant sans une seconde soupçonner que quoi que ce soit y pût mettre un terme, je ne pouvais qu’être déçu.

Mais (bizarrement ?) à mon sentiment bien réel de déception et de frustration, il ne se mêlait le moindre pincement de tristesse. Le fait que la chance m’avait été offerte de m’extasier devant la Tour Eiffel, de me promener le long des Champs-Élysées, de contempler la Basilique Sainte-Geneviève, de passer devant la Madeleine le cœur gonflé d’une émotion que j’arrivais difficilement à contenir, y était certainement pour quelque chose. Et à la fin de cette journée qui me sembla plus riche que toute ma vie antérieure, je me sentis la proie d’une ambition démesurée. Paris déjà me guidait, m’orientait, m’aiguillonnait, m’apportait cette illumination sans laquelle toute vie, me semblait-il, ne pouvait qu’être condamnée à la médiocrité. C’était il y a longtemps, bien longtemps de cela, mais, pour moi, depuis ce jour-là Paris a toujours été mon inspiratrice.

Ramanujam Sooriamoorthy - Ile Maurice... France


Toulouse a été la ville où j’ai découvert la culture française. En mai 2004, j’ai été acceptée en première année d’Administration Économique et Sociale à l’Université. Le 8 août 2004, je suis arrivée dans la « Ville Rose », sous une grande chaleur, j’ai commencé la recherche d’un logement. Pour cela, je devais acheter un portable pour appeler les propriétaires des appartements mais l’opérateur téléphonique me demandait un RIB de la Banque. Et sans aucune logique, je ne pouvais pas avoir un compte à la banque car je n’avais pas de logement, le « justificatif de domicile » !!! Trouver un logement a été une tâche assez difficile à conclure.

Pendant mon séjour, ma grande anecdote, s’est passée à la boulangerie. Je suis arrivée pour demander un pain au chocolat, le boulanger immédiatement avec un petit sourire m’a répondu que je n’étais pas à Paris et qu’à Toulouse, cela s’appelle « chocolatine ». Les ToulousENGS avaient un certain accent et certains mots très propres à eux comme « une poche » pour dire un sac plastique ou un « poutou », pour dire un bisou.

Le 7 octobre 2004, le premier jour à l’université a été inoubliable. J’étais dans un amphithéâtre avec 400 personnes, qui représentaient la moitié des étudiants en première année de la filiaire AES. J’ai commencé avec un cours de droit privé. Un cours, où les étudiants français ne pouvaient même prendre des notes car le maitre de conférence ne faisait que lire son cours. Impossible, en tant qu’étrangère de prendre un paragraphe complet. De plus, à l’époque, certains mots ne faisaient même pas partie de mon lexique français comme « Cour de Cassation » ou « Arrêt ». Mais, j’ai eu l’opportunité de rencontrer des étudiants français qui m’ont beaucoup aidé et avec qui je garde encore des liens d’amitié.

Cela fait neuf ans que la langue et la culture françaises sont devenues ma passion.

Valeria Arguello Castro - Équateur... France


C’était l’été 1976. J’ai fait alors une excursion en Pologne, plus précisément à Varsovie. J’étais jeune et avide de connaître le monde, d’aller n’importe où hors de la petite ville moldave de Roumanie où j’enseignais le français.

Après une nuit de voyage en train, après les émotions inévitables quand on passe la frontière et quand on fouille les bagages à la douane, voilà notre groupe arrivé à Varsovie. Ici une dame travaillant pour l’agence polonaise de tourisme nous attendait. Son rôle était de faire le guide, nous placer à l’hôtel, nous conduire dans la ville pour nous présenter les objectifs touristiques les plus importants. C’était une dame d’un certain age, comme l’on dit, agréable, gentille. Elle nous adressait quelques mots en polonais, probablement un souhait de bienvenue. Personne de notre groupe ne connaissait le polonais. Elle a déclaré ne pas connaître le roumain. Que faire ? C’était une situation sans issue. Finalement elle a demandé si quelqu’un parlait français. Alors tous les yeux se sont tournés vers moi. J’ai accepté de parler avec elle pour mettre au point les questions administratives : hébergement, repas, documents...

J’ai cru que ma tâche s’arrêtait ici. Mais comme le jour commençait à peine, après avoir laissé les bagages à l’hôtel on a continué le programme en faisant le tour de la ville. Faute de mieux, la dame polonaise m’a proposé de faire l’interprète. J’étais dans les nuages. Le rêve de ma vie : parler, traduire dans une situation réelle. Jusqu’à ce moment-là, j’avais parlé le français seulement en classe, avec mes professeurs, aux examens, puis avec mes élèves. Des situations conventionnelles, du jeu, du théâtre. On avait à tout moment le roumain à la portée pour s’entendre. Mais cette fois-ci, à Varsovie, on n’avait que le français pour s’entendre. Ce n’était plus du théâtre, c’était pour de vrai. Finalement le français s’est avéré pour moi comme une langue de communication.

J’ai passé quelques jours extraordinaires en parlant français, en traduisant pour mes compagnons. Nous avons découvert Varsovie par le biais de la langue française. Nous nous sommes émerveillés du centre historique bien conservé, avec de beaux monuments et bâtiments venant des siècles antérieurs. Mais non, tout semblait ancien, sans l’être effectivement. La dame polonaise nous a expliqué que, pendant la guerre, Varsovie a été détruite en grande partie, mais après on a refait les bâtiments et les rues selon les documents, les photographies, les cartes postales de l’époque, parfois selon les souvenirs des habitants. Ce fut un effort extraordinaire mais en moins de 20 ans Varsovie était de nouveau elle-même, comme avant la guerre. Bien sûr on a refait l’aspect extérieur des immeubles, les façades ; à l’intérieur on a fait des appartements modernes. Je garde le souvenir d’une ville qui a retrouvé sa dignité après une grave épreuve, le souvenir d’une ville culturelle où le français est chez lui.

Un autre souvenir : une rue où il y avait de petits magasins spécifique d’autres pays. Par exemple : le magasin allemand avec des marchandises provenant d’Allemagne, le magasin italien avec des marchandises provenant exclusivement d’Italie. J’ai cherché le magasin français. C’était tout petit mais avec des choses françaises. Je me suis acheté un petit parfum Coty, comme souvenir de... Varsovie.

Après tant d’années, Varsovie me revient en mémoire, pas comme une ville de pierre et de brique, mais comme une atmosphère, une ambiance qui sent un certain parfum français, qui a des sonorités françaises et qui m’a offert la certitude que ma vie avait un sens.

Magda Negrea - Roumanie... Pologne


En été 2000 j’ai été obligé de faire un séjour de quatre semaines en Suisse romande. J’avais trouvé un endroit dans une ferme à Boulens, un tout petit village dans le canton de Vaud. Le midi, je suis arrivé à la gare de Bercher où ma famille d’accueil m’attendait, et après le déjeuner, on a commencé à travailler dans les champs et à l’écurie. Ma mère d’accueil m’a posé beaucoup de questions pour me faire parler français ; un peu trop de questions, à mon avis...    À la fin de la journée j’étais « crevé » : Ce travail était dur pour un jeune homme habitué à la vie en ville, les vaches puaient très fort et je n’avais presque rien compris à la télévision ce soir là. Et c’était juste LA PREMIÈRE journée d’une trentaine de jours en province, pendant que mes amis à Luzern s’amusaient à la plage et profitaient de l’été et du soleil !    Bien sûr j’avais déjà un portable, mais en 2000 on n’avait pas d’internet ou de « chat » sur ces appareils...   Donc j’étais isolé, condamné... pour quatre semaines, perdu et oublié dans un « trou noir » profond et sombre qui s’appelait Boulens... BOOUUULEEENNS !!!    Quelle horreur...  

Roger Schneble - Suisse (allemande)... Suisse (romande)


Lors de mon arrivée en France, je suis descendu de l’avion en ayant l’air perdu. Ma montre avait six heures de retard et j’étais déjà sur le point de sentir le décalage horaire après avoir traversé le petit lac – autrement dit : l’Océan Atlantique. Il s’agissait de ma première fois dans un pays francophone et la pêche n’arrivait pas. Je connaissais un peu le français, mais quand même, tout le monde peut dire « Bonjour ». Bref, je n’étais pas à la hauteur et mes premières expériences m’avaient confirmé que l’Hexagone était un territoire bizarre. Ou peut-être que ce n’était que les sentiments d’un sudiste venant des États-Unis.

Alors… allez, go ! On a tous bien appris notre leçon débutante « à la gare ». Dès que je me suis rendu au guichet de la gare à l’extérieur de l’aéroport Roissy, je me suis dit, « Quelque chose cloche… ça me rappelle mes premiers jours de cours de français au lycée… mais, pourquoi tous les fonctionnaires font-ils la gueule ? »

Par contre, j’ai vu les guichets automatiques… « Oh…oui, ça y est  » … « oh punaise, pourquoi cette machine n’accepte-t-elle pas les cartes bleues américaines… » … « une puce ? c’est quoi, ça  ? »… « oh mince… l’appareil qui rend la monnaie est hors de service  » …

Ce doit être mon sort de parler avec ces gens qui ne sourient pas ! Pas possible de les éviter !

Alors… c’était l’heure de faire la queue… quarante minutes après, j’étais devant le bourreau. Oh là… je me demandais : «  Quels sont les bons mots à lui dire ? » Enfin, bref… la niaque m’est revenue… l’accent américain… qui sait. J’ai reçu mon billet. Ça me suffisait.

Le métro… une autre histoire à vous raconter pour une autre fois.

Evan Delaney - États-Unis... France


 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs