Menu Secondaire

Même rubrique

SENEGAL - La francophonie peut compter sur Gracias Kedote suite au FMLF 2015 - Liège

SERBIE - La francophonie peut compter sur Zeljka Jankovic suite au FMLF 2015 - Liège

QUEBEC / Francophonie - Le débat sur les archives psychiatriques dans les pays de la francophonie Par Maria Neagu et Alexandre Klein

CANADA - « L’engouement pour le français est réel au Canada » Entretien avec Lysiane Baudu

SENEGAL - XVe Sommet de la Francophonie Carnet d’impressions

TUNISIE - Les Journées Cinématographiques de Carthage Face à la mondialisation, entre mise à niveau et mise au pas

BELGIQUE - Le simulacre de consultation de la société civile Francophones de Flandre

FRANCE / RUSSIE - Les cabarets de Paris Le monde des paillettes et des aiguilles

TUNISIE - la société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Ile Maurice - Le français : une langue défendue ? Par Ramanujam Sooriamoorthy

suite des articles

MAROC - La discothèque d’Abdellah Taïa Comprendre l’écrivain en écoutant sa musique...

FRANCE - Le numérique au centre de la scène pour mieux le cerner !

FRANCOPHONIE / SENEGAL - Sommet de Dakar, retour ! Un carnet d’impressions zigzaguesque, par Marie-Anne O’Reilly.

FRANCOPHONIE - Le concours « Tous à vélo ! » Entretien avec Annie-Claude Sebban, vice-présidente de Vélophonie.

MOLDAVIE - Ecaterina Baranov, le piano comme fil conducteur... Talent et utopie en harmonie !

CONGO - Invasion de pianos ! Une histoire jouée par l’IFC Pointe Noire

FRANCOPHONIE - Dix mots et une caravane ! des ateliers artistiques et un film documentaire pour une francophonie des peuples en actes...

FRANCOPHONIE / FRANCE - La Politique en temps de crise Carte blanche à Michèle André

COLOMBIE - Bogota et Paris, deux villes pour un coeur ! Andrea Acosta se raconte, en toute liberté.

FRANCOPHONIE - « Les joueurs de mots » est né ! De la musique et des mots pour francophoniser le monde...

suite des articles

Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« FRANCOPHONIE - RUSSIE : Piatigorsk, capitale caucasienne de la francophonie ! »

Entretien avec le doyen de la faculté et présentation d’un blog...

le 16 mars 2013

Piatigorsk... très honnêtement combien sommes-nous à savoir placer cette ville sur une carte ? Pourtant, la francophonie y est active grâce à d’enthousiastes acteurs...


En quelques mots, pouvez-vous nous expliquer votre rôle au sein de l’Université de Piatigorsk ?

JPEG - 23.3 ko
Alexander Pavlovitch Moiseev, doyen de la faculté de Français. Piatigorsk -Russie.
Ph : Aimablement prêtée par A.P. Moiseev

Étant directeur de l’Institut de francophonie et de « management » en sport et tourisme j’assume des fonctions administratives. La spécificité de l’Institut consiste en ce qu’il comprend la faculté de français dont je suis doyen et le département de la remise en forme sportive. Je gère les activités scolaires et extra-scolaires qui embrassent la vie universitaire. Docteur en didactique des langues étrangères, j’anime aussi les cours d’expression écrite et orale (FLE) et de DLVE (didactique des langues vivantes étrangères).

Qu’est ce qui a provoqué votre francophilie et votre francophonie ?

C’est à l’école que j’ai commencé à apprendre le français. J’aimais apprendre des poésies, des chansons françaises et participer aux spectacles en français. Cela m’a poussé à devenir étudiant de la faculté de français de l’Université de Piatigorsk. Mes études m’ont fait découvrir les horizons culturels francophones. Depuis ma vie professionnelle a connu son épanouissement.

Une partie de votre vie professionnelle s’est déroulée pendant une période politique peu propice aux voyages, quelles étaient vos possibilités de voyager en France ou dans des pays francophones ?

Toujours dans le cadre des accords bilatéraux j’ai plusieurs fois participé aux programmes internationaux : De 1966 à 1968 j’étais interprète d’un groupe d’experts techniques en Guinée (Conakry), de 1978 à 1980 j’ai été assistant de russe dans des lycées lyonnais (Lycée du Parc, Lycée Ampère et autres), et de 1988 à 1992 j’ai été lecteur de russe a l’ENS, rue d’Ulm.

Quand êtes-vous venu en France pour la première fois, dans quel cadre ?

À titre d’assistant de russe à Lyon.

La France correspondait-elle à vos attentes... ? Y retrouviez-vous les « clichés » classiques ou vous surprenait-elle ?

Je dois avouer que la France m’a beaucoup impressionné. C’était si bouleversant de visiter les endroits connus à travers les livres, plusieurs fois parcourus dans mon imagination. D’ailleurs j’ai vu quelques réalités qui mon répugnées : écoliers indisciplinés, pagaille dans des rues, présence des immigrés etc...

… et aujourd’hui, quel regard portez-vous sur la société française ?

La société est bien consolidée, imprégnée de fierté pour son patrimoine culturel et historique, mais elle cherche toujours à s’améliorer et à faire bouger le monde.

Pour vous, la notion de francophonie se résume-t-elle à la France ou jetez-vous un regard curieux et pertinent sur l’espace francophone en général ?

Évidemment j’appartiens à ceux qui ne limitent pas cette notion à la France seulement. Mon expérience africaine et nos relations avec les universités belges et québécoises permettent de me considérer plutôt comme « francophone large d’esprit ».

L’histoire de France et l’actualité montrent une intime proximité entre la France et le continent africain... colonisation, immigration, métissage... comment percevez-vous cette histoire commune qui est souvent méconnue en Russie ou dans les pays de l’ancien « bloc de l’Est » ?

En tant que professionnel dans le domaine de la civilisation française et de la didactique de LVE je voudrais accentuer le fait que cette problématique nous est bien connue sur l’espace post-soviétique : immigration, métissage etc... Chaque grande ville en Russie a son Barbès-Rochechouart ou sa place d’Italie.


JPEG - 98.7 ko
Piatigorsk, au 19eme siècle.
Ph : Guirlandajo - Wikimedia Commons

Venons-en, si vous voulez bien, à l’université et à la langue française aujourd’hui à Piatigorsk... qu’est-ce qui pousse un(e) jeune russe de Piatigorsk à se diriger vers une filière de langue française ?

La faculté de français est connue dans notre pays ainsi qu’à l’étranger depuis 55 ans. Grâce à son potentiel scientifique, éducatif et professionnel on a pu former des milliers de spécialistes en langue et civilisation française. Parmi nos étudiants on trouve des ressortissants non seulement du Caucase mais aussi de toute la Russie ainsi que de l’étranger. Ce qui les attire est certainement la renommée de la faculté, la beauté de la langue française et la possibilité de se réaliser dans le cadre de la francophonie. Nous sommes prêts à proposer les cursus à la française : la plupart des cours se font en français et sont suivis d’un apprentissage approfondi du russe. Ce qui permet de réaliser un passage souple au russe comme langue d’étude pour les deux années successives : la soutenance des diplômes en russe etc...

A quoi ressemble la France dans l’imaginaire d’un Caucasien qui n’y est jamais venu... ?

Pour les Caucasiens, la France est un pays de l’amour, de la cuisine exceptionnelle, de la mode et du patrimoine... l’un des meilleurs pays.

JPEG - 31 ko
Plage de Sochi...
Ph : Igor Yakunin - Wikimedia Commons

À part l’enseignement, à quoi peut conduire la pratique de la langue française ?

Au tourisme, au commerce international, à l’interprétariat, au management en sport et à la remise en forme, l’ouverture langagière est très large.

La tenue des Jeux Olympiques à Sochi, géographiquement proche de Piatigorsk, provoque-t-elle des débouchés pour les francophones, la langue française étant une langue officielle de l’olympisme ?

Oui, bien sûr, notre Institut a proposé quelques programmes qui visent la formation des bénévoles pour les JO de Sochi. Cela se fait grâce au Centre national de bénévolat de l’Université de Piatigorsk. Il y a une centaine d’étudiants qui participent à ce programme.

… Pour terminer... quel est votre « coin de Paradis » en France ?

Paris, Paris et encore Paris.


Voir en ligne : Le blog animé par Benjamin Imhoff et les étudiants francophones de l’université de Piatigorsk. Russie.

P.-S.

L’histoire d’un blog...

En octobre 2012, l’Institut de Français de l’Université Linguistique d’Etat de Piatigorsk et son assistant de français Benjamin Imhoff ont lancé un projet blog qui s’intitule « la vie quotidienne dans la région de Piatigorsk ». Cette ville thermale d’un peu plus de 140 000 habitants est située dans le Caucase du Nord, en Russie, dans la Région des Eaux Minérales, à 100km de l’Elbrouz, le plus haut sommet d’Europe (5642m).

Ce projet est né d’une réflexion autour du manque d’informations en français sur cette région, de la méconnaissance du Caucase en général et d’un souci de créer une activité pour les francophones de la ville et surtout pour les étudiants en leur proposant quelque chose de plus concret que les devoirs à la maison.

Sous la tutelle de l’assistant, le but du projet est de permettre aux francophones de la ville de publier articles, vidéos… sur Piatigorsk. Tous les sujets sont possibles du moment qu’ils parlent de la ville, l’idée étant de la présenter sous plusieurs aspects. Ainsi, on y trouve des articles sur la culture, la gastronomie, quelques événements comme le Nouvel An ou les mariages, découvrir la ville à travers quelques monuments. Le blog cherche aussi à être un lien entre Piatigorsk et la France en travaillant avec d’autres blogs, en organisant des rencontres par Skype avec des Français, notamment sur le développement touristique dans le Caucase pour les étudiants en tourisme.


La rédaction de ZigZag remercie vivement Benjamin Imhoff pour sa disponibilité et pour son travail !

 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs