Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« FRANCOPHONIE - Safari au pays des mots ! »

Si la langue française m’était contée - Magali Favre. Edition Fides.

le 17 avril 2012, par Arnaud Galy

Un ouvrage étymologique joyeux et rigoureusement documenté qui met en lumière la vivacité du français et son enrichissement permanent au contact des autres langues.


Magali Favre est une adepte du grand écart ! Née à Montpellier, tournée vers la Méditerranée et son imaginaire pimenté, coloré et ensoleillé, la voilà qui suit ses parents au Québec ! Elle n’avait que quatre ans, à peine le temps de parler avec l’accent chantant du sud de la France qu’elle tombe dans la marmite du français du Québec. « Quelques années » passèrent et,...il y a une dizaine d’années, la revoilà sur le sol français, parisien pour être précis. Les voyages, une culture personnelle à plusieurs entrées, la vocation d’enseigner, le plaisir de jouer avec les mots, le goût de l’histoire... tout ce qu’elle porte en elle la conduit à débusquer l’origine des mots de la langue française. Si la langue française m’était contée, ainsi se nomme le fruit de ses recherches. Un ouvrage étymologique joyeux et rigoureusement documenté qui met en lumière la vivacité du français et son enrichissement permanent au contact des autres langues.

JPEG - 35.3 ko
Si la langue française m’était contée - Magali Favre
FIDES

«  Une des caractéristiques d’une langue forte est sa capacité d’assimilation : Par exemple celle des mots arabes au temps des conquêtes napoléoniennes ou plus récemment pendant la période coloniale. Cette intégration est d’autant plus facile quand on prononce le mot nouveau à la française. Le mot anglais « riding coat » ne serait jamais devenu redingote si les français avaient voulu le prononcer comme les Anglais... la mauvaise prononciation des Français est le meilleur outil de l’assimilation des mots étrangers ! » (Magali Favre)

Preuve qu’un livre érudit, ressemblant fort à un dictionnaire, peut embarquer le lecteur autant qu’un roman d’aventure : Au fil des pages les mots du quotidien apparaissent sous un jour merveilleux et méconnu. Monterez-vous différemment dans votrebagnole quand vous saurez que ce mot vient de la benna, véhicule léger en osier utilisé par les Gaulois ? Regarderez-vous d’un autre œil le fou qui habite en face de chez vous si, comme les latinistes, vous voyez en lui celui qui a du vent dans la tête (follis : gonflé de vent) ? Serez-vous plus ou moins raisonnable devant votre bouteille d’alcool de poire si vous vous souvenez que le mot alcool vient de l’arabe al-khul qui désignait, au 16e siècle, la poudre d’antimoine puis plus tard les poudres et liquides issus d’une purification ou distillation ? Aurez-vous plus chaud en vous protégeant grâce à votre anorak si vous apprenez que le mot anoré signifie le vent en inuktitut, langue pratiquée encore aujourd’hui dans les régions arctiques ? Jouerez-vous plus sereinement si vous découvrez que l’avatar qui vous représente est en fait avatara, l’incarnation d’un dieu en sanskrit, la langue littéraire et religieuse de l’Inde ? Vos rêves seront-ils plus doux si votre pyjama vous rappelle qu’il vient de la langue ourdou parlée au Pakistan ? Vos désirs de grands espaces seront-ils mieux satisfaits si vous organisez votre prochain safari photo en sachant que le swahili et l’arabe en sont à l’origine. (Safari, en swahili signifie « bon voyage »). Enfin, ne soyez pas surpris au Sénégal si votre hôte pense à un choux-fleur quand vous lui parlez de boules de neige, ou si il vous conduit à l’essencerie pour faire le plein de carburant ! Etre curieux c’est accepter le grand écart culturel. Si la langue française m’était contée... rien de mieux pour ajouter de l’histoire et de la géographie à la poésie naturelle de la langue !

Safari à toutes et tous !

 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs