Menu Secondaire

Même rubrique

SENEGAL - La francophonie peut compter sur Gracias Kedote suite au FMLF 2015 - Liège

SERBIE - La francophonie peut compter sur Zeljka Jankovic suite au FMLF 2015 - Liège

QUEBEC / Francophonie - Le débat sur les archives psychiatriques dans les pays de la francophonie Par Maria Neagu et Alexandre Klein

CANADA - « L’engouement pour le français est réel au Canada » Entretien avec Lysiane Baudu

SENEGAL - XVe Sommet de la Francophonie Carnet d’impressions

TUNISIE - Les Journées Cinématographiques de Carthage Face à la mondialisation, entre mise à niveau et mise au pas

BELGIQUE - Le simulacre de consultation de la société civile Francophones de Flandre

FRANCE / RUSSIE - Les cabarets de Paris Le monde des paillettes et des aiguilles

TUNISIE - la société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Ile Maurice - Le français : une langue défendue ? Par Ramanujam Sooriamoorthy

suite des articles

SUISSE - La Cité, l’audace d’un journalisme libre ! Entretien avec Jean-Noël Cuenod, rédacteur en chef de La Cité.

BELGIQUE / SUISSE - Le miroir afghan En partenariat avec La Cité (mensuel suisse)

L’Année francophone internationale 2014 - 2015 est en vente...

ZIGZAG en TUNISIE - Kairouan avec Faiçel et Meher. « La révolution a mangé ses enfants »

ASIE CENTRALE - Vie et mœurs des déchets uraniques Partenariat ZigZag - Francekoul

FRANCOPHONIE - l’Asie centrale « francekoulisée » ! Une initiative décoiffante...

Revoir DESTINATION FRANCOPHONIE - TV5Monde

Des infirmières roumaines à la rescousse Publié dans le journal Sud Ouest - France

La Flandre lâche les Francophones de Belgique et ... Marcel Bauwens et Edgar Fonck des Nouvelles de Flandre

Iran - Hossein Maher, les mots d’un artiste peintre Entretien avec Djamileh Zia de « la Revue de Téhéran » (Iran)

suite des articles

Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« Irina Bokova, une femme de tête à l’UNESCO 2/2 »

Entretien avec Anne Laure Barret du Journal du Dimanche (France)

le 21 octobre 2009

La Bulgare Irina Bokova, nouvelle directrice générale de l’Unesco, souhaite faire du combat pour l’égalité hommes-femmes une des priorités de son mandat. Tout un symbole, elle a choisi samedi de réserver sa première sortie officielle au Women’s Forum de Deauville, le « Davos féminin » qui a rassemblé cette semaine* des dirigeantes du monde entier. (* 15 - 17 octobre 2009)

Etes-vous fière d’être la première femme élue à la tête de l’Unesco ? C’est un signal très fort pour toutes les femmes, la preuve qu’il est possible pour elles d’accéder aux plus hautes responsabilités dans leur pays mais aussi au sein des institutions internationales. Trop souvent, le pouvoir leur fait peur et elles s’excluent de la compétition. Le secret, c’est la confiance en soi.

Avez-vous dû batailler plus qu’un homme pour accéder à cette haute fonction ? Soutenue par le gouvernement bulgare, j’ai pu faire une longue campagne dans 47 pays. Dans cette course, j’ai affronté neuf autres bons candidats, dont quatre femmes de talent. C’était une compétition entre hommes et femmes, ce qui est l’idéal. Je n’ai pas été élue parce que je suis une femme mais parce que ma candidature était la meilleure.

La lutte pour l’égalité entre les sexes est-elle l’une de vos priorités ? C’est l’une des principales missions de l’Unesco depuis sa création. Mais je veux aller au-delà des grands principes et peser de tout mon poids pour avancer vers une égalité réelle entre les hommes et les femmes. Pour y parvenir, je suis prête à faire évoluer le budget de l’Unesco. Les marges de manœuvre financières existent. C’est crucial en ce moment car la crise fragilise les plus fragiles… c’est-à-dire les femmes.

Comment allez-vous vous y prendre ? Dans les pays développés, le combat porte essentiellement sur le changement des mentalités, la lutte contre les stéréotypes sexistes. Mais notre plus grand chantier concerne les pays en développement : il faut aider les femmes à sortir de la pauvreté, à accéder à l’éducation.

Le mot « féminisme » a-t-il un sens pour vous ? Bien sûr mais pas au sens d’une guerre des sexes. Le combat pour l’égalité concerne aussi les hommes et ne peut pas se faire sans eux.

Avez-vous toujours voulu accéder au sommet ? Je n’ai jamais réfléchi en ces termes. J’ai occupé une fonction, puis une autre. Je voulais faire des choses, me battre pour les valeurs humanistes en lesquelles je crois. C’est certainement plus facile dans les pays de l’Europe de l’Est qu’en France. Chez nous, depuis la chute du communisme, les femmes occupent des postes importants dans la vie politique mais aussi dans les entreprises. Chez vous, il y a encore beaucoup de chemin à faire.

Quels sont vos modèles féminins en politique ? J’ai une très grande admiration pour Simone Veil, que j’ai eu la chance de rencontrer à mon arrivée comme ambassadrice de Bulgarie en France il y a quatre ans et avec qui je suis devenue amie.

Avez-vous été confrontée au sexisme ordinaire : petites phrases assassines, domination sournoise ?

Bien sûr, comme toutes les femmes qui évoluent dans des univers masculins ! Je n’ai jamais oublié une de mes premières sorties officielles en tant que vice-ministre des Affaires étrangères bulgares, en 1995. A la fin d’un dîner dans une ambassade européenne, l’ambassadeur a proposé aux hommes d’aller d’un côté et aux femmes de l’autre. J’ai obéi sans réfléchir. Mais je me suis rebellée par la suite : je ne lui ai plus jamais adressé la parole.

Pour réussir, une femme doit se forger une solide cuirasse… Ce n’est jamais évident. Comme toutes les femmes qui ont des responsabilités, j’ai beaucoup culpabilisé. J’ai parfois eu l’impression de négliger mes enfants, d’être une mauvaise mère. Mais c’est une question de génération. Mon fils s’occupe beaucoup de sa fille, ce qui fait que ma belle-fille a du temps pour sa carrière. Le combat pour l’égalité doit aussi se mener dans la vie privée.

Entretien mené par Anne Laure Barret

www.lejdd.fr

 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs