Menu Secondaire

Même rubrique

SENEGAL - La francophonie peut compter sur Gracias Kedote suite au FMLF 2015 - Liège

SERBIE - La francophonie peut compter sur Zeljka Jankovic suite au FMLF 2015 - Liège

QUEBEC / Francophonie - Le débat sur les archives psychiatriques dans les pays de la francophonie Par Maria Neagu et Alexandre Klein

CANADA - « L’engouement pour le français est réel au Canada » Entretien avec Lysiane Baudu

SENEGAL - XVe Sommet de la Francophonie Carnet d’impressions

TUNISIE - Les Journées Cinématographiques de Carthage Face à la mondialisation, entre mise à niveau et mise au pas

BELGIQUE - Le simulacre de consultation de la société civile Francophones de Flandre

FRANCE / RUSSIE - Les cabarets de Paris Le monde des paillettes et des aiguilles

TUNISIE - la société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Ile Maurice - Le français : une langue défendue ? Par Ramanujam Sooriamoorthy

suite des articles

MAROC - La discothèque d’Abdellah Taïa Comprendre l’écrivain en écoutant sa musique...

FRANCE - Le numérique au centre de la scène pour mieux le cerner !

FRANCOPHONIE / SENEGAL - Sommet de Dakar, retour ! Un carnet d’impressions zigzaguesque, par Marie-Anne O’Reilly.

FRANCOPHONIE - Le concours « Tous à vélo ! » Entretien avec Annie-Claude Sebban, vice-présidente de Vélophonie.

MOLDAVIE - Ecaterina Baranov, le piano comme fil conducteur... Talent et utopie en harmonie !

CONGO - Invasion de pianos ! Une histoire jouée par l’IFC Pointe Noire

FRANCOPHONIE - Dix mots et une caravane ! des ateliers artistiques et un film documentaire pour une francophonie des peuples en actes...

FRANCOPHONIE / FRANCE - La Politique en temps de crise Carte blanche à Michèle André

COLOMBIE - Bogota et Paris, deux villes pour un coeur ! Andrea Acosta se raconte, en toute liberté.

FRANCOPHONIE - « Les joueurs de mots » est né ! De la musique et des mots pour francophoniser le monde...

suite des articles

Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« Le « rêve francophone » de Dorina Bohantov »

Critique d’art

le 18 mars 2012

... Finalement, mon rêve francophone, européen, international ou tout simplement humain… est de pouvoir rêver. Sereinement, en pleine conscience. Je reste confiante, nous avons encore des ressources. Et puis... le jeu en vaut la chandelle !


JPEG - 13 ko
Dorina Bohantov - critique d’art

Lorsque j’étais petite fille, j’avais une tête, une grosse tête, remplie de beaucoup de rêves. Probablement, je vivais plutôt dans mon monde que dans le réel. En revanche, cette attitude a été une manière d’échapper à différentes incompréhensions dues à des contextes intenables issus de la période soviétique.

La chute du communisme, donc l’atmosphère enthousiaste et chaude de la fin des années 80, m’a poussée à prendre conscience de ma nationalité roumaine. J’ai même saisi cela au travers des allers dans un centre linguistique, ouvert à Chişinău, en Moldavie, chargé de transcrire les noms slaves par des porteurs d’ethnie roumaine. Ainsi, la fille « Bohanţova » (la forme de mon nom qui était scellée dans les registres soviétiques) est devenue « Bohanţov », pour la simple raison, qu’en roumain, les noms ne varient pas en genre. Alors, un nouveau départ, une nouvelle plateforme d’attentes, d’illusions, des rêves… de bonnes et de belles intentions et ensuite… tout cela est devenu trop restreint, trop étroit. Il a fallu tout remettre en cause afin de bien tenir la route face aux avancées de l’européanisation. Et la porte de l’européanisation s’est vêtue, dans un premier temps, de mots français. Les rêves ont accompagné la montée de nouveaux défis ?

Au début, c’était joli d’entendre la parole française… C’était une sorte de « wind of change ». Sur cette vague d’enthousiasme et d’innocence, malgré les années qui passaient et mon âge qui avançait, j’ai pas mal ramé. Même, à contre courant. Ensuite, une sorte de coupure. Et le silence. Comment pouvoir encore rêver lorsqu’on se heurte à une situation qui porte en elle le noyau de la violence… ? Cela coupe la parole. Cela met fin à tous les rêves. Et pourtant, ce qui fait vivre et revivre c’est notamment… le rêve.

Le rêve d’être en bonne santé, le rêve de pouvoir sourire, le rêve de pouvoir marcher les pieds nus et de ne pas avoir peur… Non, non, pas celui de s’infliger la piqûre d’une aiguille ou d’une épine, mais celui de ne pas se faire entendre, lorsqu’on demande de l’aide, suite à une blessure… C’est cela, en fin de compte. Alors, je rêve d’un monde plus empathique. Celui où on chercherait davantage de justice, où on n’essaierait pas désespérément d’imposer sa position. Il s’agirait plutôt de pouvoir écouter l’autre et de rester auprès de lui.

Finalement, mon rêve francophone, européen, international ou tout simplement humain… est de pouvoir rêver. Sereinement, en pleine conscience. Je reste confiante, nous avons encore des ressources. Et puis... le jeu en vaut la chandelle !

 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs