Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« Moldavie - Chisinau »

L’air du temps... à Chisinau

le 5 mai 2010, par Arnaud Galy

Echappons-nous dans les rues et les parcs de la capitale moldave. Comme les oiseaux qui les peuplent, picorons ! Des tranches de vie et non des graines !

Arbres citadins

Ils défoncent les trottoirs, ils rayent les voitures imprudentes, ils filtrent les rayons du soleil, ils ponctuent les carrefours, ils embellissent les boulevards. Leurs interminables branches biscornues et tarabiscotées servent de trampoline à des mésanges poids-plûmes et aux nids des corbeaux équipés de becs effrayants. Leurs troncs sont régulièrement peints en blanc sur environ un mètre par des employées armées d’un pinceau et d’un pot dégoulinant. Ils sont marronniers, bouleaux ou platanes, témoignages d’une époque soviétique où l’on parlait d’un concept à réinventer : la ville-forêt.



La Dame au pliant

La dame à l’âge d’avoir des petits-enfants. Elle ressemble à toutes ces vieilles aux visages graves qui vivotent en se remémorant un passé qui « finalement n’était pas si mal ». Ses cheveux sont camouflés sous un foulard fleuri. Elle porte un petit siège pliant et un volumineux sac en plastique. En cette fin d’après-midi, sur le boulevard Stefan Cel Mare, elle déplie son siège de toile et l’installe soigneusement à portée de main d’un téléphone public. Délicatement, elle sort un pèse-personne de son sac et le pose sur le sol. Un morceau de carton, griffonné de cyrillique, indique le prix du service. L’installation faite, elle s’assoit sur le pliant, la journée sera longue, sans doute trop longue.



« Le Parc Central d’Agrément et de Culture »… tout un programme !

Construit sur les ordres de Leonid Brejnev quand il était le maître des lieux. Colonnes à la grecque, fontaines à la romaine, escaliers à la Potemkine, tous les symboles de l’art soviétique sont là… oui mais en ruine. Tout s’écaille, se fissure, se disloque. La vie et la magie viennent du ciel, ou plutôt des branches d’arbres mortes. Deux pics-vert s’en donnent à cœur joie. Chacun d’un côté de la branche, tels deux jouets mécaniques remontés par une clef, ils jouent la symphonie du chasseur de vers, en duo fortissimo. Les deux artistes provoquent tant de tremblements qu’on pourrait les accuser d’avoir contribué à l’effritement de l’ensemble.


Malaise partagé

Rares sont les mendiants dans les rues de Chisinau. Quelques estropiés, quelques femmes perdues dans un monde parallèle … sans plus. Et une grand-mère, ni plus ni moins marquée par la vie rude que ses sœurs d’infortune. Sans doute un peu plus, puisqu’elle ose tendre la main et bredouiller une supplique. En russe ou en moldave, qu’importe. Quelques leï furtivement échangés au coin d’une rue. Qui est le plus gêné ? Celle qui tend la main puis baise pieusement celle du donateur, ou celui-ci, pétrifié par l’ampleur de la reconnaissance qui s’abat sur lui ?


Les micro-bus

JPEG - 195.4 ko

Leurs vrombissements et leurs coups de klaxon sont connus de tous. Ils tissent une toile d’araignée entre les quartiers en sautillant comme des puces, d’arrêts formels en stops impromptus. Les chauffeurs ballottent leurs congénères comme des bagages dans un coffre de Dacia mal rangé. Les assis remercient le ciel d’avoir trouvé une place, les debout prient pour qu’au prochain arrêt une place accessible se libère. Les trous de la chaussée, les piétons téméraires et les véhicules parfois incontrôlés mènent la vie dure aux « micro-bus » venus de Germanie. Une expérience à vivre, encore une !


JPEG - 189.2 ko

« Christ does not want »

La cathédrale est déserte ce matin. Profitant d’un tel moment si peu fréquent, j’observe les fresques sans peur de gêner le recueillement des fidèles. Devant un Christ Pantocrator et un alignement d’apôtres, je porte mon appareil photo à l’œil. Stop ! Un homme rondouillard et peu souriant, vêtu de noir, s’approche et me parle… en russe. « I don’t understand, je ne comprends pas… ». Son visage s’adoucit, et me montrant mon Nikon, il reprend en roulant le « r » : « Christ does not want ». Sic.


Christ est-il une girouette ?

La cathédrale est bondée cette nuit. Des centaines de fidèles, tenant des bougies, patientent sur les marches ou sont massés sur le parvis pendant que les privilégiés occupent la nef. Privilégiés, comme les plus hautes autorités du Patriarcat de Moscou ou de Bucarest, le Président de la République et le Président du Parlement qui célèbrent les Pâques orthodoxes. Il est minuit, les chants et les prières vont résonner toute la nuit jusqu’à la Bénédiction des aliments apportés par les fidèles. Dans la cathédrale, la télévision moldave filme, les fidèles immortalisent l’instant avec des portables ou des compacts numériques. Ça flash à qui mieux mieux. Cette nuit « Christ wants », sans doute.

JPEG - 118 ko

Lecture audio

Moldavie - Chisinau
par Corinne et David Pougnaud
IMG/mp3/moldavie-chisinau.mp3
 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs