Menu Secondaire

Même rubrique

SENEGAL - La francophonie peut compter sur Gracias Kedote suite au FMLF 2015 - Liège

SERBIE - La francophonie peut compter sur Zeljka Jankovic suite au FMLF 2015 - Liège

QUEBEC / Francophonie - Le débat sur les archives psychiatriques dans les pays de la francophonie Par Maria Neagu et Alexandre Klein

CANADA - « L’engouement pour le français est réel au Canada » Entretien avec Lysiane Baudu

SENEGAL - XVe Sommet de la Francophonie Carnet d’impressions

TUNISIE - Les Journées Cinématographiques de Carthage Face à la mondialisation, entre mise à niveau et mise au pas

BELGIQUE - Le simulacre de consultation de la société civile Francophones de Flandre

FRANCE / RUSSIE - Les cabarets de Paris Le monde des paillettes et des aiguilles

TUNISIE - la société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Ile Maurice - Le français : une langue défendue ? Par Ramanujam Sooriamoorthy

suite des articles

TOGO - Théo Ananissoh : Le soleil sans se brûler Par LaRéus Gangoueus, critique littéraire

QUÉBEC - Pour l’Histoire, contre l’Hypocrisie et l’Injustice... La vivacité de la BD québécoise

ALLEMAGNE / France - Wilfried N’Sondé et sa Berlinoise... Par Marie-Anne Sburlino, critique littéraire.

QUéBEC / Japon - Aki Shimazaki, funambule des mots Par Dominique Blondeau, écrivaine et critique littéraire.

UKRAINE / Monde - Et si nous parlions d’amour et de voyage ? Entretien avec Cédric Gras, directeur de l’Alliance Française de Donestk.

ROUMANIE - Une Genèse souriante ! Les Versets d’Ève - Éva Dam / édition Junimea

AFRIQUE - Les dessous d’un tabou Homosexualités en Afrique - Africultures / L’Harmattan

FRANCE - FIBD à Angoulême La bande dessinée vous accueille chez elle !

LITTéRATURE : Les Rétifs de Gerty Dambury Esquisse d’une poétique du corps-mémoire

CAMUS, à lire comme pour écouter... ... le pouls du monde

suite des articles

MADAGASCAR - Ambalavao-Manakara : La route du rhum Carnet de route !

MAROC - Le Géoparc M’Goun labellisé par l’UNESCO Il rejoint le réseau mondial

INDE - Alliance d’altitude Une journée à l’Alliance Française de Leh

ZIGZAG en TUNISIE - Zigzagueries photographiques Carnet de route « écrit avec la lumière »... par Arnaud Galy

ZIGZAG en TUNISIE - Introduction Du plomb dans le jasmin

ZIGZAG en TUNISIE - Le fil de l’histoire... Pour ceux qui ont raté quelques épisodes !

ZIGZAG en TUNISIE - Kairouan avec Faiçel et Meher. « La révolution a mangé ses enfants »

MALI : S.O.S-M@nuscrit.com Tombouctou : Amhed-Baba détruit !

LIBAN - Beyrouth, l’errance d’un photographe Entretien informel avec Alain Bordes

INDE - La langue française sur le toit du monde Entretien avec Christian Florès, directeur de l’Alliance française de Chandigarh

suite des articles

Menu Droite

Thématiques

Mots-clés

Programmes

« Moldavie - Les atouts de la francophonie »

Florent Parmentier : un livre et un entretien avec la rédaction de ZigZag

le 5 mai 2010

Chercheur au Centre d’études européennes de Sciences Po, Florent Parmentier publie un ouvrage documenté dévoilant la francophonie de longue date qui anime ce petit pays injustement méconnu.

Eliminons d’abord le sujet qui fâche : n’êtes-vous pas agacé par l’image négative véhiculée par la Moldavie, voire par la méconnaissance totale de la part des médias et l’opinion publique ?  

JPEG - 6.1 ko
Florent Parmentier

On oscille effectivement entre une absence d’image et des considérations souvent dépréciatives, parfois scabreuses… La périphrase « pays le plus pauvre d’Europe » précède généralement un descriptif peu flatteur. On ne peut que s’agacer de stéréotypes, mais force est de constater qu’ils sont coriaces. On peut pointer du doigt le miroir grossissant des médias, puisque le système journalistique tend à s’intéresser davantage aux trains qui déraillent qu’à ceux qui arrivent à l’heure. De plus, il n’est bien souvent pas évident de « vendre » un sujet sur la Moldavie : l’angle spectaculaire est encore ce qui est le plus efficace à cette fin. Il est sans doute légitime de parler des problèmes de pauvreté, de détresse humaine ou de divers trafics. Toutefois, l’impression d’ensemble qui est dégagé par l’agrégation de ces articles tend à donner une image extrêmement négative, sans doute à certains égards au-delà du raisonnable. Il est important dans ce cas de disposer d’autres accès à l’information, qui permettent d’avoir une perspective plus large, traduite par exemple de la presse locale. C’est le pari du portail francophone de la Moldavie (www.moldavie.fr). D’autres sites contribuent à cette dynamique d’informations comme Nouvelle Europe (www.nouvelle-europe.eu), Regard sur l’Est (www.regard-est.com) et le Courrier des Balkans (http://balkans.courriers.info).


Quelles sont les raisons historiques qui expliquent la vivacité de la francophonie moldave ?

JPEG - 78 ko
Cauceni - fresques de l’église
Ph : Zigzagthèque

Parler de vivacité n’est pas un vain mot : c’est plus d’un élève moldave sur deux qui a pris le Français en première langue étrangère. C’est un taux exceptionnellement élevé, au-delà même de la Roumanie et de la Bulgarie, les deux autres pays phares de cette région dans ce domaine.

Cette présence francophone est ancienne, puisqu’à l’époque de la principauté de Moldavie, on retrouve déjà des traces de précepteurs, de voyageurs et de commerçants. On connaît l’importance de la francophonie pour l’espace culturel roumain, dont la langue, les références culturelles, politiques, portent en eux l’influence française. Entre la revendication de l’héritage latin et la volonté de distinction sociale, accordant au Français un statut de « langue d’élite », la langue de Molière a trouvé se place, non seulement auprès des intellectuels mais également d’un public plus large, et ce sur la longue durée.


La période soviétique n’a pas éteint la flamme ?

JPEG - 37.9 ko
Orheiul Vechi
Ph : Zigzagthèque

On peut observer une double réaction à ce niveau. En effet, les dirigeants soviétiques n’ont pas dénigré le Français en Moldavie, puisque la République devait au contraire servir de lieu de formation pour les futurs coopérants vers l’Afrique francophone ou le Maghreb. La Moldavie a en outre formé d’éminents linguistes, comme Victor Banaru.

Dans le même temps, l’accès au Français pour les Moldaves eux-mêmes constituait une occasion rare de se rapprocher de ses racines latines, et, partant de là, de la Roumanie. Le Français devient ainsi une langue de résistance, un espace de formation de sa propre identité, en s’échappant de la pression soviétique. De nombreuses anecdotes montrent cette réappropriation par les intellectuels de l’époque.


Vous plaidez pour la tenue d’un Sommet de la Francophonie à Chisinau, quelle belle ambition !?

JPEG - 70.9 ko
Sur le site d’Orheiul Vechi
Ph : Zigzagthèque

Effectivement, la tenue d’un Sommet de la Francophonie à Chisinau me paraît une idée prometteuse pour la Moldavie, mais également pour le mouvement francophone.

Balayons tout d’abord les aspects logistiques : on peut se demander d’un côté si Chisinau a véritablement les moyens d’accueillir ce type d’événement, et si le coût d’organisation n’est pas prohibitif pour ce pays. Sur ces points techniques, on peut sans doute trouver des solutions concrètes : Chisinau dispose d’infrastructures de qualité qui lui permettent d’accueillir les Sommets de la Communauté des Etats Indépendants. On ne part pas d’une base inexistante. En outre, la Moldavie a été partie prenante à des projets pilotes de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), comme la maison de la francophonie de Chisinau. En ce qui concerne le coût d’organisation pour la partie moldave, il peut sembler limité au regard de l’accomplissement que cela représenterait pour ce pays en termes d’image au niveau international. L’essentiel est en fait ailleurs. La Moldavie est un pays multiculturel, où la majorité roumanophone coexiste avec d’autres minorités linguistiques, russophone ou turcophone notamment. Si l’idée d’organiser le Sommet à Chisinau peut connaître un écho positif auprès de la population, plus largement, elle pourrait sceller la rencontre entre les mouvements francophones et russophones, tout comme Beyrouth avait pu voir émerger un rapprochement entre les familles francophones et arabophones.


Qu’apporte la Moldavie à la francophonie ?

JPEG - 76.5 ko
Les oeufs de Pâques de Trebujeni, sur le site Orheiul Vechi
Ph : Zigzagthèque

La francophonie moldave peut étonner. Après tout, ce pays fait preuve d’un engagement réel dans ce domaine, dans un pays où l’apprentissage du Français n’a pas été contraint, mais choisi. Il est intriguant de se promener à l’intérieur du pays dans des bourgades de quelques milliers d’âmes dont l’école est partiellement francophone ! Il est également intéressant d’observer l’importance prise par la Québec dans la stratégie migratoire des Moldaves… De plus en plus de Moldaves émigrent vers cette destination, les critères linguistiques du Québec favorisant les francophones.

La Moldavie fournit un champ d’expérimentation privilégié pour la francophonie, un laboratoire de ce qui pourrait être fait à plus large échelle. La maison de la francophonie n’est qu’un exemple parmi d’autres. On pourrait imaginer développer les relations entre la Moldavie et les pays francophones, par exemple avec des jumelages d’école : à l’heure du numérique, cela est possible à moindre coût !  


Revenons à la première question... en quelques mots... donnez-nous l’envie d’aller découvrir la Moldavie ?

JPEG - 179.5 ko
Chisinau

Si l’on prend la liste des pays, on trouvera la Moldavie entre la Micronésie et Monaco. La Moldavie n’a ni les rives du Pacifique, ni celle de la Méditerranée pour accueillir les touristes. Partir en Moldavie demande un certain état d’esprit, celui du voyageur curieux qui n’attend pas instantanément d’admirer un paysage de carte postale, mais qui souhaite découvrir un endroit à propos duquel il n’a guère d’a priori.

La Moldavie est un lieu de confluence des cultures latines, byzantines et russes. Ces héritages multiples se retrouvent dans l’architecture, les habitudes et les restaurants. Se promener en Moldavie, c’est prendre son temps, se « hâter lentement » (festina lente en latin), s’inspirer de ses paysages de plaines et de collines, rester en terrasse et partir à la découverte. C’est ensuite que l’on pourra apprécier le musée Pouchkine et celui d’histoire naturelle, les monastères et les lieux insolites comme celui de Soroca, les caves (Cricova) et les lieux archéologiques comme Orheiul Vechi. Différents circuits de route des vins sont possibles. Osez la Moldavie, vous y serez nécessairement dépaysés !

P.-S.

JPEG - 31.9 ko
Edition Non Lieu - 2010

Moldavie, les atouts de la francophonie

Florent Parmentier

Edition Non Lieu - 2010

 

ZigZag pratique

Les lectures audio

toutes les lectures

Articles avec lexique

Le Web francophone

tous les sites

Annuaire de blogs

tous les blogs